• Accueil

     

        Bonjour et bienvenue sur mon blog. Vous y trouverez les photos que j'aime, pas de la photo d'art, mais plutôt d'illustration. Il y a une partie Portfolio pour trouver toutes les photos présentent sur le blog ICI. (Pas à jour actuellement). Il y a également le classement par Albums.

    Je suis présent sur ma galerie Flickr. Merci de votre passage et bonne visite.

    Environ une photo par semaine.

     


    Hello and welcome to my blog. You'll find the pictures I like, not the photo of art, but rather illustrative. There is a Portfolio section to find all the pictures presented on the blog HERE. (No update now). There was also ranked by Albums.

    I am also active in my Flickr gallery. Thank you for your time on my  blog and enjoy your visit.

    Approximately one picture per week.

  •  Convento da Arrabida - Serra d'Arrabida (Portugal)

     Convento da Arrabida - Serra d'Arrabida (Portugal)

     

    Le "Convento de Nossa Senhora da Arrabida" est un couvent du XVIe siècle situé au milieu des collines escarpées du Parque Natural da Arrabida. Le complexe a été conçu pour l'isolement complet du monde extérieur et aujourd'hui c'est le seul bâtiment dans les collines verdoyantes de la Serra da Arrabida.

    Le complexe du monastère est formé de deux chapelles, un réfectoire, une cuisine et une bibliothèque tandis que parsemé autour des collines environnantes se trouvent 40 autres petites pièces qui ont permis aux moines d'avoir un isolement méditatif complet. Il y a une deuxième section ancienne du monastère qui est située au sommet de la colline et est aujourd'hui une ruine.


    6 commentaires
  • Bateau de pêche sur la plage - Coroa Vermelha.

     

    La plage de Coroa Vermelha, appartenant à la ville de Santa Cruz de Cabrália et située à seulement 15 kilomètres de Porto Seguro, est traditionnellement l'une de ces promenades pour ceux qui prennent des vacances à Porto Seguro; Cependant, Coroa Vermelha, une terre natale des Indiens qui ont reçu les découvreurs du Brésil, pourrait bientôt devenir une destination saturée par le tourisme de masse si les menaces sur les terres indigènes se poursuivent.


    5 commentaires
  • Iglesia de la Vera Cruz - Ségovie

    Iglesia de la Vera Cruz - Ségovie

     

    L'église de la Vera Cruz, antérieurement connue comme église du Saint Sépulcre, est une église romane catholique située dans le quartier de San Marcos de la ville de Ségovie, dans la communauté autonome de Castille-et-Léon, en Espagne. Elle est située au nord de la ville, très près du couvent de San Juan de la Cruz. Elle possède une nef avec plan dodécagonal qui entoure un petit édicule central à deux niveaux, auquel se sont ajoutées les absides et la tour. Elle est un des exemples les mieux conservés de ce style en Europe.

    La construction de ce temple a traditionnellement été attribuée aux Templiers, mais actuellement on pense que l'ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem a réalisé sa construction. L'église de la Vera Cruz, à Ségovie. Le temple a été consacré le 13 septembre 1208, ainsi que témoigne la pierre tombale se trouvant face à la porte latérale: « Los fundadores de este templo sean colocados en la sede celestial, y los que se extraviaron les acompañen en la misma. Dedicación de la iglesia del Santo Sepulcro. En los Idus de abril, era de 1246 (traduction en espagnol de l'original en latin). »En 1531 l'édifice est dévolu à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
    Elle a été déclaré Monument National par Mandat royal du 4 juin 1919. Le 31 mai 1951 l'ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, a pris à nouveau possession de cette église et est chargé de sa conservation et de sa garde.

    Le temple est réalisé en style roman, déjà en transition avec le gothique, avec une nef dodécagonale, qui entoure un édicule à deux hauteurs, auquel se sont ajoutées trois absides, une sacristie semi-circulaire et une tour carrée. Ce type de constructions, qui a comme antécédents les baptistères romains des premiers temps du christianisme, a été très utilisé par des différents Ordres Croisés. On estime qu'ont été pris en exemple le Dôme du Rocher et la Basilique du Saint Sépulcre de Jérusalem.


    6 commentaires
  • La tour d'Hercule - A Coruña

    La tour d'Hercule - A Coruña

     

    La tour d’Hercule (en galicien : Torre de Hércules) est un phare romain situé sur un cap, face à l’ocean àtlantique, dominant l'entrée de la ria donnant sur le port de La Corogne, en Galice (Espagne).

    Le port antique de Brigantium a été renommé au XIIe siècle Ad Columnam, c'est-à-dire La Colonne ou la Tour (du phare), dont dérive directement le nom actuel de La Corogne (dont la forme galicienne « A Coruña » bien que le nom officiel en Espagne soit " La Coruña ").

    La tour d'Hercule est le seul phare romain — et le plus ancien phare au monde — en fonctionnement de nos jours,. Il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial le 27 juin 2009, au titre du critère III.

    Haute de 55 m, la tour d’Hercule fut construite à la fin du 1er siècle, et sa présence est attestée au IIe siècle. Elle fut construite vraisemblablement sous les empereurs romains Trajan et Hadrien. Elle devint forteresse au Moyen Âge et fut complètement restaurée en 1791 — sous la direction de l'architecte Eustaquio Giannini — par une sorte de chemisage de pierre autour de l’édifice antique très dégradé, ce qui eut pour effet de le remettre à neuf, en lui donnant son aspect actuel. La structure romaine est toujours visible à l'intérieur du monument.

    Le phare a connu tous les progrès de l'éclairage maritime : le pétrole au XIIe siècle  puis l'électrification en 1921. Une corne de brume a été installée en 1974 et un radiophare en 1977.

     


    10 commentaires
  • Fonte das Quarenta Bicas

     

    Le "Jardim Botánico da Ajuda" occupant 3,8 hectares sur une colline,  est divisé en deux terrasses reliées l’une à l’autre par un escalier monumental baroque, l’Escadaria Central. La terrasse inférieure présente un tracé à l’italienne avec un motif géométrique de chemins et de longues haies de buis disposés autour de parterres de fleurs. Beaucoup de grands arbres fournissent une ombre bienvenue. Au centre du niveau inférieur se trouve une fontaine monumentale, la Fonte das Quarenta Bicas (fontaine des quarante becs). La fontaine du XVIIIe siècle a quarante et un jets d’eau déguisés en serpents, poissons ou hippocampes. Beaucoup d’autres statues de grenouilles, de coquillages et de canards décorent la fontaine qui est placée au milieu d’un grand bassin pour les plantes aquatiques.
     

    Les plantes botaniques les plus intéressantes montent au niveau supérieur. Malgré les nombreux défis auxquels fait face le jardin botanique d’Ajuda, la plupart des éléments végétaux d’origine subsistent à ce jour, notamment ses magnifiques arbres, parmi lesquels un Dracaena draco, un Ficus microcarpa et un Ficus macrophylla, une Schotia afra et une Ocotea foetens. De plus, sur cette terrasse se trouve une collection phytogéographique, reconstruite au fil des ans et compte aujourd’hui 1 602 taxons, tous étiquetés. La collection de cactus et autres plantes xérophytes est en cours de développement dans l’une des trois serres. Une banque de semences (Banco de Sementes Prof. João do Amaral Franco) a été fondée en 2010 et depuis cette date, elle contribue à la banque de semences Millennium et stocke des semences à des fins de conservation, telles qu’une collection de plantes d’étangs temporaires et de Serra da Arrábida protégée), d’après les principes de conservation de la biodiversité.
    Le chalet près de la porte de Calçada da Ajuda a été restauré et le Jardim de Aromas (jardin parfumé) a été construit en 1998. La serre située à proximité de la porte de Calçada do Galvão a été transformée, dans le même esprit, en un restaurant, “Estufa Real”. En 2015, la zone boisée a été rénovée en faveur des plantes indigènes, recréant ainsi l’environnement phytosociologique de la région. Ce type de jardin permet aux visiteurs de voir la flore indigène de Lisbonne côte à côte avec des espèces exotiques d’une grande valeur ornementale.
     
     

    7 commentaires
  • Porta da Vila

     

    La porte da Vila est l'entrée principale de la ville d'Óbidos, elle mène directement à la Rua Direita, la rue principale de la ville. Situé au sud de la ville, elle a été construite par le roi D.João IV  en reconnaissance  de la protection qu'il a reçue de Notre-Dame de Piété, patronne de la ville, lors de la restauration de l'indépendance en 1640.

    À l'intérieur, il y a la chapelle-sanctuaire de Notre-Dame de la Miséricorde, la patronne de la ville, avec un balcon blanc et décorée d'Azulejos bleus et blancs, datant de 1740 à 1750, avec des motifs allégoriques du Christ. En haut, vous pouvez lire l'inscription "La Vierge Notre-Dame a été conçue sans péché originel"


    10 commentaires
  • Santuario da Virxe da Barca

     

    O Santuario da Virxe da Barca (Le Sanctuaire de la Vierge du Bateau) est un temple catholique situé dans la municipalité de Muxía. Son emplacement à la pointe de la péninsule face à la mer, où se trouve Muxía, les rites religieux qui lui sont associés, son architecture et son imagerie en font l'un des plus uniques de Galice. Il célèbre le pèlerinage de Notre-Dame du Bateau, déclaré festival d'intérêt touristique national de l'Espagne.

    Selon les légendes locales, l'apôtre Jacques avait prêché l'évangile en Hispanie sans succès apparent et, démoralisé, pensait qu'il devait abandonner. A cette époque, en priant au point où se trouve le temple aujourd'hui, un bateau en pierre est apparu dans la mer et c'est Marie qui a réconforté, encouragé et terminé sa mission là-bas, lui demandant de retourner à Jérusalem. Il a ensuite laissé les restes du navire en place. Ce sont ces rochers aux formes particulières devant le temple.

    La première preuve claire des constructions dans la région est celle d'un ermitage du 12ème siècle. À partir du 17ème siècle, et motivés par les miracles attribués à la vierge, des bâtiments ont été construits à chaque fois plus grands, entre 1716 et 1719, le bâtiment actuel a été construit avec le parrainage des ducs de Macéda de l'époque, dont les restes ont ensuite été déposés dans le temple.

    Plus tard, au cours du XIXe siècle, deux constructions latérales ont été ajoutées au bâtiment, la maison du presbytère (1828) et un clocher (1834) qui sont toujours conservés aujourd'hui.


    9 commentaires
  • Raxó - Galicia

    Vue de Raxó

     

    (officiellement appelé San Gregorio de Raxó ) Raxó est une paroisse de la municipalité de Poyo , dans la province de Pontevedra , Galice , Espagne .

     

    Raxó occupe une superficie de 1,8 km² des 34 km² de toute la municipalité de Poyo, étant la plus petite paroisse. 

    Ses principaux accidents côtiers sont Punta de Sinás, et les plages de Fonte Maior, Sinás et Xiorto, en plus des plages de A Granxa de Dorrón ( Sanxenxo ), un lieu influencé par Raxó, dont les limites se confondent dans le noyau urbain principal.

    En revanche, Raxó manque d'importants cours d'eau , comme cela arrive avec les autres paroisses de la municipalité, qui n'ont bien sûr que quatre ruisseaux et un débit très réduit.


    8 commentaires
  • portugal,sintra,palacio,palace,da regaleira,château,jardin,

     

    Le Palais de la Régaleira est un ensemble architectural situé dans le centre historique de Sintra (Portugal), ville classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le Palais et les jardins de sa Quinta  (Domaine) ont été créés par Antonio Augusto Carvalho Monteiro (1848-1920) avec l'aide de l'architecte Luigi Manini (1848.1936) ; ils s'étendent aujourd'hui sur 4 hectares.

    Les références à l'alchimie, à la franc-maçonnerie, et aux Templiers sont nombreuses aussi bien dans l'architecture du palais que dans la conception du parc qui l'entoure. Le palais lui-même a plusieurs noms ou surnoms : Palácio do Monteiro dos Milhões (Palais du Monteiro des Millions), Quinta da Regaleira (Domaine de la Regaleira), Palácio da Regaleira (Palais de la Regaleira).

     


    7 commentaires
  • Le Couvent des Carmes (Convento do Carmo en portugais) est situé sur le Largo do Carmo à Lisbonne, au Portugal. Il domine le Rossio. 

    L'ancienne principale église gothique de la capitale s'écroula lors du violent tremblement de terre 1755, et ne fut jamais reconstruite. Ces ruines visibles de loin restent comme un des principaux témoins de la catastrophe de 1755. De nos jours, elles abritent le musée archéologique du Carmo.

    Le couvent fut fondé par Nuno Alvares Pereira en 1389, et occupé à l'origine par les frères carmélites de Moura, appelés par Don Nuno pour revenir au couvent en 1392. En 1404, Don Nuno donna ses biens au couvent, et, en 1423, il y entra lui-même comme religieux.

    Le couvent et l'église furent érigés approximativement entre 1389 et 1423 dans un style gothique, influencé par le Monastère de Batalha. Ce dernier, fondé par Don Joao 1er était en construction à la même époque.

    Le 1er novembre 1755, le tremblement de terre détruisit une grande partie de l'église et du couvent, qui ne furent jamais emtièrement reconstruits. Une nouvelle aile du couvent fut construite sous le règne de Marie 1re de Portugal, sans se préoccuper du style original. Elle fut occupée par les frères carmes jusqu'à l'expulsion des ordres religieux, en 1834. Elle fut ensuite convertie en installation militaires en 1836.

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique